Tout savoir sur la signature électronique avancée

Le règlement eIDAS établit trois niveaux de signature électronique : simple, avancée et qualifiée. Ces types de signature se différencient par rapport au niveau de sécurité.

 

Qu’est-ce que la signature avancée ?  

La signature électronique se définit comme un processus similaire à la signature manuscrite. Contrairement à cette dernière, elle est numérique et s’appose sur un document électronique.

Il est impossible de parler de signature électronique, sans parler de la réglementation européenne qui l’encadre : le règlement eIDAS. Cet acronyme signifie Electronic Identification And Trust Services. Elle s’applique à tout ce qui concerne l’identification électronique, les services de confiance et la valeur juridique des documents électroniques. Cette réglementation recense différentes exigences permettant d’établir la conformité des différentes solutions disponibles sur le marché. Elle permet également de certifier les entreprises qui proposent des solutions dites qualifiées.

Le règlement eIDAS établie trois niveaux de signature : simple, avancée, qualifiée. Ces types de signature se différencient par rapport au niveau de sécurité juridique sur les aspects suivants :

  • la validation de l’identité du signataire,
  • la garantie d’intégrité des documents signés,
  • les types de documents qui peuvent être signés.

Ainsi, la signature simple est le premier niveau de sécurité. Elle consiste à une juxtaposition d’une image de signature dans le document électronique. Elle peut être facilement contestée. Ce niveau de signature ne garantit pas l’intégrité du document signé.

La signature avancée correspond au deuxième niveau de signature et assure un niveau de sécurité optimal. Elle est le type de signature électronique qui permet de signer . La signature qualifiée, quant à elle, reste un type de signature complexe à mettre en place du fait des vérifications qui sont demandées.

 

Que peut-on signer avec la signature électronique avancée ?

La signature électronique avancée, étant le deuxième niveau défini par la réglementation eIDAS, garantit un niveau optimal de sécurité avec un cout et une facilité d’utilisation raisonnables. De ce fait, elle permet de signer différents types de contrat tels que :

  • Devis et contrats de vente
  • Contrats de travail
  • Contrats de partenariat
  • Accords de confidentialité
  • Mandants
  • Contrats de souscription

En revanche, ce niveau de signature ne permet pas de signer des appels d’offres publics ou des documents notariés tels que des testaments. Ce niveau de signature, véritable « tout terrain » de la signature électronique est adapté pour de nombreux types de documents ou contrats de la vie courante d’une entreprise.

 

La valeur juridique de la signature avancée

En France, la signature électronique possède une valeur légale depuis l’entrée en vigueur de la loi n°2000-230 du 13 mars 2000. La signature électronique avancée est définie et peut être mise en œuvre dans tous les pays membres de l’Union européenne depuis l’adoption du règlement européen eIDAS, le 23 juillet 2014, par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne.

La valeur juridique de la signature électronique avancée est supérieure à celle de la signature électronique simple. En effet, elle permet d’identifier de manière non ambiguë chaque signataire et de garantir l’intégrité du document signé à long terme. Pour être reconnue comme « avancée », elle doit répondre à certains critères :

  • Être liée au signataire de manière univoque,
  • Permettre d’identifier le signataire,
  • Avoir été créée à l’aide de données de signature électronique que le signataire peut utiliser, sous son contrôle exclusif, avec un niveau de confiance élevé,
  • Être liée aux données associées à cette signature de telle sorte que toute modification ultérieure des données soit détectable.

De plus, ce type de signature rend détectable, au pixel près, toute modification ultérieure du document original électronique signé. Un des éléments clés de vérification de cette intégrité à long terme repose sur ce que l’on appelle un « horodatage de confiance » qui est intégré pour chaque signature. L’horodatage de confiance est un système permettant de lier de manière sécurisée une date et une heure à la signature d’un document. Lors d’un litige, la signature constitue ainsi un élément de preuve valable.

Comprendre la différence entre signature électronique et signature numérique

Dans l'univers des transactions et des accords numériques, la distinction entre signature électronique et signature numérique est souvent source de confusion, bien qu'elle soit fondamentale. La signature électronique, un concept plus large, désigne tout processus...

L’impact de la signature électronique sur l’innovation en entreprise

La signature électronique, dans un monde numérique en constante évolution, est bien plus qu'une simple évolution technologique ; elle incarne une révolution silencieuse mais puissante qui façonne notre manière de travailler, de collaborer et de valider des...

Protégez votre monde numérique : Guide essentiel de cybersécurité pour le grand public

Dans notre monde numérisé, la cybersécurité est essentielle, pas seulement pour les sociétés et les administrations, mais aussi pour chacun d'entre nous. À chaque clic et interaction en ligne, nous partageons, souvent sans y penser, nos données personnelles. Protéger...

La signature électronique et la confiance dans les transactions commerciales

Dans le passé, une poignée de main scellait souvent un accord. Aujourd'hui, le monde s'est tourné vers un clic. Le doux bourdonnement de la vie moderne nous rappelle constamment que tout change, et parmi ces changements, la manière dont nous nous engageons légalement...

La signature électronique : comment éviter les fraudes et les falsifications

Avec l'avènement de l'ère numérique, la majorité des interactions personnelles et professionnelles se sont déplacées en ligne. Des réunions d'affaires aux transactions financières, en passant par les contrats juridiques, tout se fait désormais à distance, au simple...

Signature électronique et productivité : comment gagner du temps et être plus efficace au travail

Alors que la course à la productivité est devenue un enjeu majeur dans le monde du travail, les innovations technologiques offrent une panoplie d'outils pour optimiser les processus et gagner du temps. Parmi eux, la signature électronique se démarque par sa capacité à...

La normalisation de la signature électronique dans les marchés internationaux

L'adoption croissante de la signature électronique est un témoignage éloquent de la manière dont les technologies numériques transforment les transactions commerciales et personnelles. Cependant, c'est la normalisation de cette pratique qui a vraiment propulsé son...

Les dernières avancées technologiques en matière de signature électronique

Dans un monde de plus en plus digitalisé, l'acte traditionnel de signer un document à la main a subi une transformation majeure. Désormais, la signature électronique s'impose comme une pratique courante, simple et sécurisée. Cette innovation numérique, aussi fiable...

Le paraphe numérique dans le secteur juridique : un gain de temps et de sécurité

Dans le secteur juridique, le temps et la sécurité sont deux aspects cruciaux. Les professionnels doivent régulièrement traiter une grande quantité de documents, les signer et les parapher, tout en garantissant leur intégrité. C'est là que la signature électronique et...

L’intégration de la signature électronique dans la gestion des relations clients

L'ère numérique a redéfini le paysage commercial, offrant des opportunités inédites pour optimiser les opérations et améliorer les interactions avec les clients. Au cœur de cette révolution se trouve la signature électronique, un outil qui facilite et sécurise les...